Camp de prisonniers de guerre de Quedlinburg

Accueil

 

Le camp

L'arrivée

La vie au camp

L'intérieur

La monnaie

La nouriture

L'hygiène

Les corvées

La correspondance

Les Loisirs

Relations entre prisonniers

La maladie

La mort

 

Les gardiens

 

Les prisonniers

Les nationalités

Portraits

Liste patronymique

 

Le journal de camp "Le Tuyau"

 

Le rôle économique du camp pour la ville

 

Galerie photos

 

Remerciements

 

Où chercher?

 

Contact

Le rôle économique du camp pour la ville

Prisonniers travaillant à la construction du chemin de Ditfurt

 

 

Le camp fut d'une grande importance pour la ville. Les prisonniers constituaient en effet une main d'œuvre importante et peu cher.

 

Prisonniers au ramassage de la ferraille

 

 

 

Les captifs furent ainsi employés dans les Arbeits Kommandos(détachements de travail). Il y  en avait différents types: carrières, usines, fermes…

Route construite par les prisonniers,appelée Arschkerbe "raie des fesses"

 

 

 

 

La ville en elle-même porte toujours les traces de certains travaux,  notamment des routes construites par les prisonniers.

 

 

 

 

Les Arbeits Kommandos

Ils sont Français et Russes, volontaires ou non. Ils travaillent pour les Allemands pour des salaires plus ou moins élevés (moins cher que la population de toute manière).

On les appelle les Arbeits Kommandos : les détachements de travail.

Il y en a à l'usine ou aux mines. Ils sont les plus durs...

Il en existe 5 connus dépendants du camp de Quedlinburg:

- Atzendorf : la mine Marie (mine de charbon brun),

- Bergkohlen, direction de Stassfurt: mine de sel et mine de charbon,

- Eisenbahnmeisterei d'Aschersleben : usines de guerre.

- Halberstadt

- Schoenebeck

Nous les connaissons grâce aux rapports de la délégation espagnole (la même que celle du camp principal et toujours aimablement envoyée par Laurent Battut) que j'ai transcris ainsi que par le journal le Tuyau.

D'autres prisonniers, plus chanceux sont envoyés aux champs.

Les prisonniers des Arbeits Kommandos occupent leur temps libre en lisant la "Gazette des Ardennes" , journal écrit en Français, mais par les Allemands avec tout ce que cela suppose comme propagande anti-alliés...

Sur la carte ci-dessous apparaissent en bleu les détachements de travail et en rouge le camp principal.

 

 

 

© Davye CESBRON

contact@camp-de-quedlinburg.fr