Camp de prisonniers de guerre de Quedlinburg

Accueil

 

Le camp

L'arrivée

La vie au camp

L'intérieur

La monnaie

La nouriture

L'hygiène

Les corvées

La correspondance

Les Loisirs

Relations entre prisonniers

La maladie

La mort

 

Les gardiens

 

Les prisonniers

Les nationalités

Portraits

Liste patronymique

 

Le journal de camp "Le Tuyau"

 

Le rôle économique du camp pour la ville

 

Galerie photos

 

Remerciements

 

Où chercher?

 

Contact

 

La maladie

En cas de maladie, les prisonniers étaient emmenés à l'infirmerie. "A l'heure où tous sommeille dans la baraque pleine d'ombre passe le "Ramasseur de Malades".(…) Là, en rangs plus ou moins serrés selon la rigueur des temps et les jours fastes ou non, rhumes et coliques, eczémas et compère-loriots, flémengites, palpitations et rabotschiphobies l'attendent de pied ferme." Extrait du Tuyau numéro 8 page 2 (2 septembre 1915)

Un lazaret (hôpital militaire) était accolé au camp. Les malades étaient dispersés, selon les cas, dans 3 baraques: "Donc Schmidt affecte selon les cas, les contagieux à la

Baraque I, les malades internes et fiévreux à la II et les blessés à la III, baraques dont se compose l'hopital." Extrait du Tuyau numéro 13 pages 5 et 6 (7 octobre 1915)

 

 

Lazaret de Quedlinburg

 

 

 

 

© Davye CESBRON

contact@camp-de-quedlinburg.fr