Camp de prisonniers de guerre de Quedlinburg

Accueil

 

Le camp

L'arrivée

La vie au camp

L'intérieur

La monnaie

La nouriture

L'hygiène

Les corvées

La correspondance

Les Loisirs

Relations entre prisonniers

La maladie

La mort

 

Les gardiens

 

Les prisonniers

Les nationalités

Portraits

Liste patronymique

 

Le journal de camp "Le Tuyau"

 

Le rôle économique du camp pour la ville

 

Galerie photos

 

Remerciements

 

Où chercher?

 

Contact

 

 

 

 

L'arrivée au camp

Une ancienne locomotive

La Gare de Quedlinburg à l'époque

 

Les prisonniers arrivent par le train et ils finissent le trajet (de la gare au camp) à pied. La population est très souvent (si ce n'est toujours) présente lors de cette arrivée).

 

Les premiers prisonniers de Quedlinburg sont arrivés le 24 septembre 1914.

La gare de Quedlinburg aujourd'hui

 

 

Les premiers prisonniers de Quedlinburg

"Voici bientôt un an qu'exténués de fatigue, harassées, meurtris par un voyage de soixante-treize heures, nous débarquions à Quedlinburg et nous nous acheminions vers ce camp où nous sommes encore aujourd'hui." Extrait du Tuyau n°6, page 1 (19 août 1915)

 

Les prisonniers dans Brechstrasse

"(…) Quedlinburg où nous arrivons le 28Brechstrasse aujourd'hui septembre à 3 heures et demie du soir, après avoir fait 83 heures de voyage. Donc nous débarquons à la gare de Quedlinburg, où la foule est très nombreuse, mais il n'y a aucun tumulte. Tout le monde est silencieux et nous regarde d'un air content. Nous traversons un coin de la ville à la lueur des torches que tiennent les pompiers qui nous conduisent au camp des prisonniers. Il se trouve à 3 Km environ de la ville. Nous y arrivons enfin ; il est en plein milieu des champs labourés, dans une boue où l'on s'enfonce jusqu'aux genoux et où il faut être équilibriste pour tenir debout. Nous sommes rassemblés aussitôt et un officier allemand nous dit : "Soldats Zone de Texte:  
Brechtrasse aujourd'hui

français, vous êtes maintenant nos prisonniers, et celui qui osera ne pas nous obéir sera fusillé sur le champ". Nous sommes conduits dans notre chambre faite de planches mal jointes et ouvertes aux 2 extrémités. Pour moi, la 1ère nuit, je suis forcé de coucher dehors faute de place, sur une poignée de paille sur la terre toute humide." Extrait du journal d'Abel CASTEL (28 septembre 1915)

 

© Davye CESBRON

contact@camp-de-quedlinburg.fr